Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale : comment intégrer des personnes ?

Les Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale sont disponibles pour fournir un toit aux personnes en difficultés. Ils interviennent également dans la réinsertion de ces personnes en contrariétés dans la société. Voici comment réussir à intégrer des personnes en difficulté.

Qu’est-ce qu’un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale ?

Le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale est créé selon la loi 74-955 du 19 novembre 1974. Il s’agit d’un établissement social qui s’occupe de l’accueil, l’accompagnement, le logement et de l’insertion des personnes en graves difficultés.

Pour faciliter l’atteinte de ces objectifs, le centre d’hébergement et de réinsertion sociale est géré par l’état. Le préfet de la région s’occupe du contrôle, de la tarification et de la planification. Toutefois, il n’est pas rare de retrouver des CHRS gérés par des organisations humanitaires et des associations.

Qui peut être recueilli dans un CHRS ?

Les Centres d’Hébergements et de Réinsertion Sociale accueillent les personnes en difficultés économiques, sanitaires, de logement ou d’insertion. Pour la plupart, ces personnes sont :

  • Des victimes de violence ;
  • Des personnes en situation d’adiction ;
  • Des individus sortis de prisons.

Pour des raisons évidentes, ces personnes peuvent se retrouver à la rue si elles ne sont pas aidées. Ces centres sont donc indispensables pour la société.

Pour être admis dans un CHRS, il faut formuler une demande à l’aide sociale. Ladite demande devra être adressée à l’assistante sociale de la mairie. Il est également possible de se rapprocher des Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation pour les formalités d’admission.

Comment se passent l’acceptation et le refus de l’accueil dans un CHRS ?

La décision d’accepter ou de bloquer l’intégration d’un individu dans un CHRS revient au responsable du Centre.

Lorsqu’il décide d’accueillir un individu, il doit expressément en informer le préfet. La durée de l’accueil doit être déterminée et une demande d’aide sociale doit aussi être adressée au préfet.

Il est possible pour le responsable de demander une prolongation de l’aide sociale au préfet. Toutefois, cette demande doit être faite au moins un mois avant la fin de durée de l’accueil. Lorsqu’il ne reçoit aucune réponse à la suite de sa demande dans le mois, la prolongation de l’aide est acceptée.

Dans le cas où le responsable du CHRS s’opposerait à l’accueil d’un individu, il doit impérativement justifier son refus. Il doit informer l’individu et le service d’accueil et d’orientation.

Comment se passent les actions de réinsertion ?

Pour aider les individus accueillis à s’insérer dans la vie active, le CHRS organise parfois quelques actions. Les principaux bénéficiaires sont les personnes ne pouvant légalement bénéficier d’une insertion par l’activité économique. Les personnes ayant de nombreuses difficultés cumulées et les personnes incapables d’effectuer un travail régulier sont aussi concernées.

Ces actions sont souvent de sessions d’apprentissage ou de réapprentissage des règles importantes pour exercer une profession. Les bénéficiaires ont droit à une rémunération (entre 30 % et 80 % du SMIC) payée par le CHRS. Toutefois, pour rester dans le but du CHRS, ces actions ne peuvent pas excéder 80 heures par mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page