Coronavirus: est-on repartit pour une augmentation des cas ?

Le coronavirus a changé la vie de beaucoup de personnes depuis 2 ans. Apparu fin 2021, le virus s’est propagé depuis la Chine au reste du monde en n’épargnant personne à travers le monde. En effet, il n’aura fallu que de quelques mois pour que le virus originaire de la province de Wuhan ne soit partout et officiellement pandémique. Dès lors des confinements ont eu lieu dans la majorité des pays pour éviter la surcharge des hôpitaux et limiter les décès.

Un virus très contagieux

Le coronavirus est un virus très contagieux, c’est pourquoi il a contaminé des millions voire des milliards d’individus à travers le monde et atteint le stade de pandémie. Il se propage principalement par contact étroit de personne à personne, à moins de 2 mètres de distance, pendant plus de 15 minutes. Cette transmission peut se produire par des aérosols dans l’air. Les aérosols sont de minuscules gouttelettes qui restent dans l’air, en particulier dans les espaces intérieurs. Ces aérosols varient en taille et sont libérés en quantités variables lorsqu’une personne infectée respire, parle, chante, tousse, éternue, etc. Cependant, il peut être difficile de distinguer comment la transmission d’une personne infectée à d’autres se produit réellement. Dans le voisinage, la transmission peut également être causée par un contact direct, des aérosols dans l’air et le contact de surfaces contaminées par des particules respiratoires d’une personne infectée. La transmission par des surfaces ou des objets contaminés est possible, mais ce n’est pas le mode de transmission prédominant.

De plus le coronavirus a la particularité de rester sur les phases de contact. Ainsi il peut être présent

  • Jusqu’à 4 heures sur du cuivre ;
  • Jusqu’à 24 heures sur du carton ;
  • Jusqu’à 48 heures) sur de l’acier inoxydable ;
  • et même jusqu’à 72 heures (3 jours) sur du plastique

Un virus qui mute

Le coronavirus a aussi le pouvoir de muter. Comme tout virus il s’adapte aux changements et peut muter au sein d’un organisme. Ainsi le virus s’est transformé plusieurs fois en 2 ans. La première grosse variation fut celle virus en variant Beta et Gamma au premier semestre 2021, puis est venu le delta d’inde. Il y a eu en tout plus d’une centaine de variants, mais tous n’ont pas survécu. Un variant dominant (plus contagieux) les autres et les empêchant de se propager.

Omicron la dernière version

Omicron est actuellement la version du coronavirus la plus récente et la plus répandue sur tous les continents. Il est moins mortel que c’est prédécesseur, notamment grâce à la présence des vaccins, mais il est tout aussi voir plus contagieux que les précédentes mutations du covid 19. Omicron est un coronavirus avec des symptômes différents de ses prédecesseurs.

À quand la fin de la pandémie de coronavirus ?

Prévoir l’évolution de la pandémie avec précision et détail est clairement risqué. Deux ans et demi après le début de la crise sanitaire mondiale, personne n’a osé prendre le risque.

Les hypothèses actuelles suggèrent que le Sars-Cov-2 ne sera probablement pas éradiqué. L’éradication d’un virus nécessite que le système immunitaire de notre corps reconnaisse des structures inchangées du virus au fil du temps. Hors le SARS-CoV-2 est une infection virale qui vit et qui a récemment montré qu’il est instable et capable de muter. Cela signifie qu’un remède devrait éliminer la capacité du virus à muter, ce que l’on ne sait pas faire pour le moment. On ne sait pas comment les changements à long terme de ce virus vont évoluer malgré sa courte durée de vie. On ne sait pas si ces changements peuvent aider le virus à se propager, résister au système immunitaire ou être plus virulent. Actuellement, le virus se propage et crée de nouvelles variantes à chaque nouvelle réplication.

Voir notre article sur le forum doctissimo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page