L’histoire des plantes médicinales : un bref historique

L’homme a toujours utilisé les produits de la nature pour satisfaire sa faim, soigner ses maladies, guérir ses blessures, adorer ses dieux, etc.

Grâce aux recherches archéologiques, on sait que l’homme de Néandertal (60 000 ans) utilisait des plantes médicinales telles que la guimauve, l’achillée, le sénétium. En Amérique, les découvertes sont plus récentes, mais elles indiquent également que l’utilisation des herbes médicinales est aussi ancienne que l’homme. Dans les grottes du Pérou, on a trouvé des sacs pour la coca, qui était mâchée et utilisée comme stimulant et comme application médicinale.

Bien que l’utilisation des herbes à des fins thérapeutiques soit associée à des rites magiques et religieux, cette utilisation repose avant tout sur une bonne connaissance de la plante, acquise par l’expérience et transmise des parents aux enfants.

Il y a 60 000 ans

L’homme de Néandertal

À l’aide de recherches archéologiques, on a pu déterminer que l’homme de Néandertal utilisait des plantes médicinales telles que la guimauve, l’achillée, le sénétium.

Il y a 60 000 ans
2 500 ans avant J.-C.

Les Sumériens

Les premiers documents écrits de l’histoire de l’humanité comprennent des descriptions de certaines herbes médicinales. Les Sumériens, mentionnent dans leurs idéogrammes (datés de 2 500 ans avant J.-C.), diverses drogues végétales. Grâce au code d’Hammurabi, nous connaissons les plantes utilisées par les Babyloniens pour soigner leurs maladies : Henbane, Menthe, Sen, etc. En Mésopotamie, il existe des documents qui mentionnent plus de 250 espèces de plantes différentes, parmi lesquelles le pavot à opium, la belladone, la mandragore, le safran, le thym, l’ail, la réglisse, la myrrhe, etc.

2 500 ans avant J.-C.
2000 ans avant J.-C.

Chine et Inde

Le fait que les Chinois et les Hindous aient trouvé des remèdes il y a plus de 4 000 ans pour des maladies telles que l’asthme ou le rhume nous donne une idée des connaissances avancées que les deux peuples ont acquises dans l’utilisation des propriétés thérapeutiques des plantes. Quant aux herbes les plus courantes utilisées en Inde, elles ont été transmises oralement, jusqu’à ce qu’elles soient immortalisées dans les poèmes sacrés ou « vedas ».

2000 ans avant J.-C.
1130 ans avant J.-C.

L’Égypte antique

Les vertus curatives du monde végétal se sont cristallisées dans la civilisation égyptienne. Les pratiques destinées à la guérison étaient le patrimoine d’un corps de vrais médecins, certains, spécialistes d’une maladie concrète. Il convient de noter qu’à cette époque, l’idée de faire des recherches sur chaque patient et de prescrire, c’est-à-dire de connaître la posologie de chaque traitement, est apparue. Un autre aspect important chez les Egyptiens, est l’utilisation d’huiles et autres essences végétales pour l’embaumement des corps.
Parmi les plantes les plus utilisées par les Égyptiens, on trouve Huile de genièvre, de coloquinte, de grenade, de lin, de fenouil, de lys, de ricin, etc.

1130 ans avant J.-C.
450 ans avant J.-C.

Grèce antique

Ce sont les Grecs qui ont porté la connaissance de la médecine à un niveau supérieur. Hippocrate (460-337 av. J.-C.), universellement connu comme le père de la médecine moderne, nous a laissé de nombreux traités médicaux, notamment le « Corpus Hippocraticum » qui rassemble toutes les connaissances médicales de son temps. Il précise le remède à base de plantes pour chaque maladie. Aristote (384-322 av. J.-C.) a détaillé les propriétés et les vertus de nombreuses plantes médicinales.

450 ans avant J.-C.
234 avant J.-C.

Caton l’Ancien

Caton l’Ancien a apporté de nouvelles connaissances à la phytothérapie dans son traité « De Rustica », qui comprend 120 plantes médicinales. L’héritage de Rome n’est pas aussi étendu que celui des Grecs, mais des personnages tels que Pline (27 av. J.-C. – 29 ap. J.-C.) et Galien (130-201 ap. J.-C.) se distinguent. Pline « le vieux » a écrit « Histoire naturelle », un recueil de près de 2.000 traités. Pour lui, la nature est au service de l’homme, les plantes ont donc été créées pour sa satisfaction.

234 avant J.-C.
Vᵉ siècle au XVᵉ siècle après J.-C.

Moyen Âge

Le Moyen Âge n’est pas une époque de progrès scientifique ou culturel, mais la culture acquise au cours des siècles précédents n’a pas été perdue, grâce aux monastères. Les moines ont pris soin de préserver les connaissances anciennes, en créant les premiers jardins d’herbes médicinales. Parmi les érudits médiévaux, on compte l’évêque de Regenburg, Albertus Magnus, et l’abbesse Hildegar Von Bingen (surnommée « la sainte guérisseuse »). Cependant, la contribution la plus importante est celle de Paracelse (1443-1541), qui croyait que les herbes sont sur terre en signe de la finalité pour laquelle elles doivent être utilisées. Ainsi, un pressentiment de feuille signifiait que la plante était un remède pour les maladies cardiaques. Avec la découverte de l’imprimerie, les « herbiers » européens ont connu une grande impulsion, dont la première fut celle d’Otto Brufels. Parallèlement à leur publication, il existe un monde caché de magie, de sorcellerie et de superstition, qui a donné aux plantes comme le Soufflet noir, la Belladone et la Mandragore, des attributs diaboliques.

Vᵉ siècle au XVᵉ siècle après J.-C.
De 1250 – 1800 après J.-C.

Amérique précolombienne

En Amérique précolombienne également, on connaissait le genévrier (contre l’hypertension), la jalapa, la salsepareille, le tabac, le peyotl (hallucinogène), le coca (utilisé pour ses propriétés anorexiques et stimulantes), la quinine (dont on extrait la quinine), utilisée contre le paludisme, etc.

De 1250 – 1800 après J.-C.
1600 après J.-C.

Vers l’an 1600

Une rupture se produit entre la botanique et la médecine. Avec la Renaissance va se produire une grande évolution dans le catalogage des plantes médicinales. L’intérêt pour la chose scientifique et les grands voyages ont donné un nouvel élan à la phytothérapies. Des plantes nouvelles et inconnues sont arrivées en Europe en provenance d’autres continents. D’Afrique, le Physostigma, utilisé en ophtalmologie. D’Amérique, le Podophile, utilisé pour la surdité, comme purgatif, l’hépatite, la typhoïde et la dysenterie.

1600 après J.-C.
1735 après J.-C.

Carl von Linné

En raison de l’augmentation du nombre de plantes connues, il est devenu nécessaire de les classer, et des noms illustres dans le domaine de la botanique sont apparus, comme Carl von Linné, qui a préparé une classification rigoureuse et scientifique du monde animal et végétal. Dans son ouvrage, « Systema Naturae », il nous présente une classification de toutes les plantes connues.

1735 après J.-C.
1800 après J.-C.

De 1800 à aujourd’hui

En raison de l’augmentation du nombre de plantes connues, il est devenu nécessaire de les classer, et des noms illustres dans le domaine de la botanique sont apparus, comme Carl von Linné, qui a préparé une classification rigoureuse et scientifique du monde animal et végétal. Dans son ouvrage, « Systema Naturae », il nous présente une classification de toutes les plantes connues.

1800 après J.-C.

Leave a Reply