Regard

Scopophobie : c’est quoi ? symptômes ? Comment la vaincre …

Les regards des autres sont une réalité quotidienne courante. Que ce soit dans les magasins, les cafés, les transports en commun ou en marchant dans la rue, tout le monde se sent dévisagé à un moment donné. Cependant, pour quelqu’un qui souffre de scopophobie, le sentiment d’être observé est souvent très présent.

Tout comme d’autres phobies, la scopophobie peut être au départ une réaction normale à un événement particulier, puis devenir de plus en plus intense avec le temps, de sorte qu’il est très difficile de la surmonter. Dans cet article, vous en saurez plus sur la scopophobie et sur les moyens d’y faire face.

Scopophobie : c’est quoi ? Présentation de ce trouble anxieux

Également connue sous le nom de scotophobie, la scopophobie est une réaction phobique excessive qui s’exprime lorsqu’un individu se sent observé ou dévisagé par quelqu’un d’autre. Les personnes qui en souffrent ont peur que les autres les regardent, les dévisagent ou les observent. Elles ont peur d’être scrutées ou d’être jugées par autrui.

Elles ont aussi tendance à éviter tout contact visuel avec les autres et toutes situations les exposant en publics, ne sachant pas que cet évitement ne fait qu’aggraver leur état. La plupart de ces personnes présentent une angoisse sociale ou un autre trouble qui les empêche de se sentir à l’aise dans les relations sociales et les rend plus anxieuses.

Quels sont les symptômes de cette phobie ?

Les personnes souffrant de scopophobie font tout leur possible pour éviter les situations qui les placent au centre de l’attention. Certaines personnes ne craignent que les situations impliquant un grand nombre de participants, tandis que d’autres ont peur des petites interactions, comme le passage aux caisses des épiceries. D’autres encore n’osent pas s’approcher d’une personne qui se promène dans la rue, même s’il s’agit d’un contact fortuit.

Un individu atteint de scopophobie rougit souvent lorsqu’il est confronté à la situation qu’il craint. Paradoxalement, bon nombre de ceux qui sont atteints de scopophobie ont également une peur érythrophobe, c’est-à-dire qu’ils ont peur de rougir, ce qui en fait un symptôme particulièrement dérangeant.

En outre, la personne atteinte de scopophobie le manifeste souvent par des sueurs froides, des tremblements, des palpitations cardiaques, un souffle court et une difficulté à se concentrer sur ses pensées. Elle ressent parfois un besoin intense de se mettre à l’abri de la situation.

Chez certaines personnes atteintes de scotophobie, les activités quotidiennes deviennent de plus en plus limitées, car elles cherchent à éviter la panique. Elles peuvent refuser les sorties en solitaire ou les visites de personnes inconnues chez elles. Elles croient à tort qu’elles sont surveillées, regardées ou fixées par les autres. Ces personnes sont également très anxieuses, tendues ou mal à l’aise avec le contact visuel ou le regard des autres.

Comment soigner la scopophobie ? Nos conseils pour vaincre la scopophobie

Plusieurs moyens existent pour surmonter ou traiter la scopophobie, mais pour la plupart, une aide professionnelle est nécessaire. Et la thérapie cognitive apparaît souvent comme la solution la plus indiquée pour traiter une anxiété sociale.

Elle fait appel à la pensée (cognition), aux actions (comportement) et aux émotions pour lutter contre les peurs et les anxiétés. Le spécialiste en thérapie aide le patient à prendre conscience des idées négatives à l’origine de son anxiété et à penser autrement aux épisodes effrayants. Cela lui permettra de se sentir plus sûr de lui et de faire face à ces événements lorsqu’ils se présenteront.

La psychothérapie est généralement la première approche recommandée pour traiter la scopophobie. Cependant, un traitement médicamenteux peut parfois atténuer les symptômes physiques de la personne phobique. Les médicaments les plus prescrits sont entre autres : les benzodiazépines, les inhibiteurs ou antidépresseurs et les bétabloquants.

En plus des approches thérapeutiques, il existe d’autres pratiques qui peuvent aider à combattre ce malaise. La relaxation est un outil puissant pour réduire l’anxiété, et cette technique est de nouveau très populaire avec l’avènement des pratiques de pleine conscience et de méditation.

Comme pour tout problème ou toute peur, la méditation permet de s’éloigner des aspects négatifs de ce qui se passe autour de soi et de se plonger dans le présent par la pensée. La connaissance donne le pouvoir et renforce la force intérieure. Alors s’informer sur les phobies et les troubles anxieux et en savoir plus sur ceux-ci, permet de mieux gérer les symptômes.

Autres informations

La scopophobie est une des manifestations de la phobie sociale. Il s’agit d’une phobie spécifique, car elle ne se déclenche qu’en public. Les personnes atteintes de pathologies qui affectent les interactions sociales sont plus susceptibles de développer une phobie de la peur des regards. À titre d’exemple, les personnes souffrant de dépression nerveuse ont parfois peur que les autres les remarquent ou les regardent.

Les personnes présentant des signes qui peuvent attirer l’attention, comme le syndrome de la Tourette ou l’épilepsie, sont, elles aussi, susceptibles de souffrir de scopophobie. Cela vaut également pour les personnes qui ont été victimes de brimades ou d’exclusion sociale.

Par ailleurs, il se peut que l’hérédité soit un facteur contribuant à cette attaque de panique. Si un parent proche souffre d’un trouble anxieux, cela peut augmenter la probabilité d’être affecté de la même manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page