Trouble explosif intermittent : définition, causes, symptômes, diagnostic et traitements

un homme en colère

Des accès de rage incontrôlée, une colère excessive et une fureur soudaine peuvent indiquer la présence du syndrome du trouble explosif intermittent, un trouble psychologique qui peut s’accompagner d’une agressivité extrême pouvant nuire à la personne elle-même ou à ses proches.

Ce trouble, connu sous le nom de « trouble explosif intermittent », affecte les personnes qui ont des difficultés constantes au travail et dans leur vie personnelle. Il peut être traité avec l’aide d’un psychologue et à l’aide de médicaments.

On pense que les personnes qui ont été contaminées par le toxoplasme dans le cerveau sont plus enclines à développer ce syndrome. Le toxoplasme se trouve dans les excréments des chats et peut provoquer la maladie connue sous le nom de toxoplasmose, mais il peut également se trouver dans le sol et dans les aliments contaminés. Cliquez ici pour voir quelques exemples de sources alimentaires qui peuvent causer la maladie.

Qu’est-ce que le trouble explosif intermittent ?

Il existe un trouble mental moins connu, le trouble explosif intermittent, qui provoque des épisodes de colère injustifiée. Le trouble explosif intermittent est communément décrit comme « un accès de rage sans raison ». Les explosions comportementales et émotionnelles sont disproportionnées par rapport à la situation.

  • Quelle est la prévalence du trouble explosif intermittent ? La prévalence du trouble explosif intermittent au cours de la vie est estimée entre 1 % et 7 %.
  • Qui est exposé au risque de trouble explosif intermittent ? Le trouble explosif intermittent est plus fréquent chez les personnes de moins de 40 ans. Le trouble explosif intermittent commence généralement dans la vingtaine, mais peut survenir dès l’âge de six ans.

Quelles sont les causes du trouble explosif intermittent ?

Les causes du trouble explosif intermittent comprennent des facteurs génétiques, des facteurs physiques et des facteurs environnementaux. Voici quelques exemples de ces différents facteurs

  • Génétique : On a émis l’hypothèse que les caractéristiques du trouble explosif intermittent sont transmises des parents aux enfants. Cependant, aucun gène spécifique n’a été identifié comme ayant un impact important sur le développement du trouble explosif intermittent.
  • Environnement : L’environnement dans lequel une personne grandit peut avoir un impact sur le développement des symptômes du trouble déficitaire intellectuel. Les recherches suggèrent que les personnes qui grandissent avec des punitions sévères à la maison sont plus susceptibles de développer un TEI. Elles pensent que ces enfants vont agir de manière agressive. Leur réponse initiale à quelque chose de négatif qu’ils rencontrent, s’ils suivent l’exemple donné par leurs parents.
  • Physique : Des recherches récentes suggèrent que le trouble explosif intermittent est causé par des anomalies dans les zones du cerveau qui contrôlent l’excitation et l’inhibition. Des mécanismes anormaux dans la partie du cerveau qui inhibe ou interdit l’activité musculaire par le biais de la sérotonine pourraient être liés à l’agressivité impulsive.

Les symptômes du trouble explosif intermittent

Il peut y avoir :

  • Une augmentation de l’irritabilité
  • De la colère
  • Une énergie accrue
  • Des pensées maniaques
  • Des tremblements
  • Des picotements
  • Des palpitations
  • Une dépression
  • Une oppression dans la poitrine
  • Une pression dans la tête
  • De la fatigue.

Diagnostic

Le diagnostic du trouble explosif intermittent n’est possible que lorsque d’autres troubles pouvant inclure des épisodes de comportement agressif ont été exclus. Les comportements agressifs ne doivent pas être attribués aux effets physiologiques de la consommation de substances ou à un problème médical général.

Une partie importante de la symptomatologie est le manque de contrôle des impulsions agressives. De nombreux patients décrivent les comportements explosifs comme des accès de rage dans lesquels le comportement explosif s’accompagne d’un sentiment de tension ou d’excitation, suivi de peu par un soulagement. Cependant, à long terme, le sujet peut éprouver des émotions secondaires de culpabilité, de tristesse et de gêne liées à l’épisode agressif.

Les critères diagnostiques suivants doivent être réunis pour que le trouble explosif intermittent soit diagnostiqué :

  • Manifestation occasionnelle d’une agressivité hors de proportion avec l’événement qui a déclenché le comportement.
  • Une incapacité à résister à des impulsions agressives qui impliquent la destruction intentionnelle de biens ou l’agression d’un autre individu.
  • Les symptômes du trouble explosif intermittent doivent être écartés avant de poser un diagnostic.
  • Une agression non attribuable à un autre trouble mental, à un médicament ou à une condition médicale

Trouble explosif intermittent : quel traitement ?

Le trouble explosif intermittent n’est pas traité de la même façon par tout le monde.

Les personnes atteintes du trouble explosif intermittent bénéficient de séances de thérapie individuelle ou de groupe. La thérapie cognitivo-comportementale les aide à identifier les situations ou les comportements susceptibles de déclencher une réponse agressive. En outre, ce type de thérapie apprend aux gens à gérer leur colère.

Les techniques les plus connues qui peuvent être appliquées sont les suivantes :

  • Apprendre à reconnaître les circonstances qui conduisent à un comportement agressif nous permettra de désapprendre notre mauvais comportement.
  • Élaborer un plan sur ce qu’il faut faire lorsque l’on se sent en colère (par exemple, si l’on sent que l’on perd le contrôle, aller se promener ou appeler un ami pour essayer de se calmer).

Il faut bien évidement en parler à votre médecin et/ou votre psychologue.

Leave a Reply