C’est quoi une dermite ocre ?

La dermite ocre est une pathologie cutanée qui touche les membres inférieurs. Elle est caractérisée par l’apparition de taches plus ou moins étendues de couleur rouge-violet puis marron-ocre sur la peau.

C’est une affection généralement bénigne, mais qui nécessite une prise en charge adaptée afin d’éviter la survenue de certaines complications. Son traitement vise à faire disparaître les taches pigmentées d’une part, à agir sur ses causes d’autre part.

Qu’est-ce qu’une dermite ocre ?

La dermite ocre, également appelée angiodermite purpurique ou angiodermite pigmentaire, est une maladie fréquente de la peau caractérisée par l’apparition de taches colorées au niveau des membres inférieurs, le plus souvent à leurs tiers inférieurs (régions malléolaires ou cheville, partie antéro-interne de la région tibiale).

Cette pathologie est due à la rupture des capillaires sanguins (petits vaisseaux) cutanés et l’irruption de sang au niveau des tissus avoisinants. Ceci entraîne l’apparition de taches d’abord de couleur rouge-violacée (sang visible par transparence à travers la peau) puis brunâtre et ocre par l’accumulation et le dépôt du fer provenant des globules rouges dans les régions touchées.

Quels sont les symptômes de la dermite ocre ?

Il est facile de reconnaître une dermite ocre à la simple inspection, mais il faut savoir la différencier des autres pathologies dermatologiques qui peuvent avoir les mêmes manifestations cliniques.

Pour cela, il est important d’étudier les différentes caractéristiques des taches observées lors d’une dermite ocre :

  • Le siège : la localisation de prédilection de la dermite ocre reste les membres inférieurs, car ce sont des parties déclives où règne une pression veineuse plus importante que le reste du corps. On observe donc généralement des lésions pigmentaires au niveau des chevilles, partie interne des jambes… Généralement les taches pigmentaires sont bilatérales, mais on rencontre fréquemment des formes unilatérales (un seul membre inférieur atteint).
  • L’étendue : les taches sont plus ou moins étendues selon l’évolution de l’affection, ses causes, les spécificités individuelles, le mode de vie… Ça commence par de petites taches qui vont ensuite confluer pour former des plaques de plus en plus étendues.
  • La coloration : les taches sont rouges (ou violacées) au début (rappelant une ecchymose). Elles sont dues à du sang fraîchement sorti des capillaires cutanés rompus. Ce sang va être résorbé petit à petit, mais le fer (entrant dans la composition des globules rouges) va persister et se déposer au niveau des tissus atteints. Ceci explique le passage d’une coloration rouge à ocre après quelques jours (couleur des dépôts de fer).
  • Les signes associés : ce sont les signes d’une insuffisance veineuse. On peut citer la lourdeur des membres inférieurs, un gonflement (œdème), des démangeaisons, un inconfort nocturne… 
  • La présence de complications : infection cutanée, ulcère de la jambe et atrophie cutanée sont les 3 principales complications à rechercher devant une dermite ocre évoluée non ou insuffisamment traitée.

Quelles sont les causes de la dermite ocre ?

La dermite ocre est principalement due à la rupture des petits capillaires de la peau. Cette rupture est provoquée par une augmentation de la pression veineuse lors de certaines affections telles que :

  • La thrombose veineuse profonde : un thrombus (caillot) se forme et obstrue partiellement ou totalement une veine profonde du membre inférieur. Cela provoque une augmentation importante de la pression veineuse en amont de l’obstruction faisant éclater les petits capillaires.
  • Les varices : les veines superficielles des membres inférieurs se dilatent et perdent l’efficacité de leur système anti-reflux. Le sang veineux stagne alors au niveau des membres inférieurs et favorise l’éclatement des petits capillaires cutanés.

D’autres causes peuvent s’observer : le purpura (extravasation de sang hors des capillaires sanguins), les hématomes (accumulation de sang au niveau des tissus suite à des traumatismes par exemple), la prise d’un traitement fluidifiant le sang…

Comment est diagnostiquée une dermite ocre ?

Le diagnostic de la dermite ocre repose essentiellement sur un examen clinique minutieux réalisé par un médecin. Rien que l’inspection fournit des informations précieuses non seulement pour la confirmation du diagnostic, mais également pour l’orientation étiologique, c’est-à-dire trouver ce qui a été à l’origine de la maladie (varices, thrombose veineuse, traumatisme…).

Des examens complémentaires peuvent être réalisés dans certaines situations pour éliminer une pathologie pouvant mettre en jeu le pronostic vital du patient. Le médecin peut par exemple demander une échographie-Doppler des membres inférieurs pour rechercher une éventuelle thrombose veineuse profonde.

Comment soigner une dermite ocre ?

La prise en charge de la dermite ocre comprend 4 volets :

1- L’antisepsie

Des crèmes antiseptiques sont appliquées sur les lésions pigmentaires afin de détruire les micro-organismes vivant sur la peau et éviter une infection.

2- La dépigmentation

Il existe un certain nombre de techniques qui permettent d’effacer les taches lors d’une dermite ocre. Voici certaines d’entre elles :

  • Le blanchiment topique par l’utilisation de certains produits tels que l’hydroquinone, la N-cystéamine ou les dermocorticoïdes.
  • Le peeling chimique : c’est une technique utilisant une substance acide, telle que l’acide glycolique ou le phénol, afin d’exfolier une couche cutanée plus ou moins épaisse.
  • Le chélation locale du fer grâce à un chélateur (tel que la déféroxamine mésilate) injecté en sous-cutané. Ceci permet de retirer le fer accumulé sous la peau.
  • Le laser ou encore l’IPL (Lumière Intense Pulsée).

3- Traitement de la pathologie causale

Un traitement local des lésions de la dermite ocre sans prise en charge de la cause sous-jacente ne sert qu’à camoufler momentanément les tâches qui finiront par réapparaître.

Selon les cas, il est nécessaire de réaliser :

  • Un traitement chirurgical ou médical ayant pour objectif de désobstruer les veines bouchées.
  • Certaines thérapies telles que la thalassothérapie permettent d’améliorer la circulation sanguine et lymphatique au niveau des membres inférieurs. 

4- Mesures préventives

Afin de prévenir les conséquences d’une insuffisance veineuse (dont la dermite ocre), il est recommandé d’adopter quelques mesures simples qui aident grandement à améliorer la circulation sanguine et lymphatique au niveau des membres inférieurs. Les voici :

  • Marcher régulièrement, au moins 30 minutes par jour.
  • Surélever les membres inférieurs.
  • Masser ses jambes régulièrement.
  • Porter des bas de contention adaptés.
  • Éviter la station debout ou assise prolongée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page