Comment traiter une pelade ?

La pelade, aussi connue comme « Alopecia areata » est une maladie auto-immune qui cause la chute des cheveux par petites plaques laissant apparaître le cuir chevelu. En d’autres termes, ce sont des cellules de l’organisme, des « Lymphocytes », qui considèrent la racine capillaire comme un ennemi à éliminer et non un élément essentiel à l’organisme.

Avant toute chose, sachez que la pelade n’est pas une maladie grave. Il existe néanmoins plusieurs types de pelades, la commune étant l’ »Alopécie » qui est une pathologie dermatologique affectant les cheveux, les poils et les ongles. Par contre, elle peut aussi entraîner une perte complète des cheveux. Dans ce cas, elle se nomme Alopécie totalis. L’Alopécie universelle, quant à elle, touche la perte de la pilosité sur tout le corps.

Quels sont les causes et symptômes de la pelade ?

Les causes de ce phénomène ne sont pas encore précisément déterminées : une infection virale, l’hérédité, le stress, l’exposition à un produit chimique ou d’autres maladies auto-immunes peuvent être des éléments déclencheurs, mais ne démontrent aucune corrélation significative.

La perte de cheveux soudaine sous forme de plaques reste l’unique symptôme de la pelade. Toutes les structures pileuses telles que les cils, les sourcils, et même la barbe sont concernées. Les ongles des mains et pieds sont aussi impactés et deviennent rugueux et cassants.

Comment traiter une pelade ?

Le traitement de cette pathologie dépend de plusieurs facteurs tels que de l’âge, le type, et la sévérité de la pelade. Par exemple, une petite plaque n’a aucun impact sur les cellules souches des follicules pileux, donc les poils peuvent se remettre à pousser. Mais par contre, ceux qui sont sévères et chroniques nécessitent une intervention médicale.

Voici les traitements les plus fréquemment employés :

  1. La cortisone : par voie orale ou injection, la cortisone est très utilisée pour traiter des maladies inflammatoires et auto-immunes. Ce traitement est recommandé à ceux qui ont une apparition récente de la pelade : moins de 50 % de cuir atteint.
  2. Le Minoxidil : utilisé pour le traitement de calvitie, pour fonction d’épaissir la repousse. Par contre, les effets de repousse peuvent prendre 3 à 12 mois. Une situation souvent difficile d’attendre la repousse, si besoin, un soutien psychologique est recommandé pour surmonter la situation.
  3. L’Anthraline : produit utilisé pour le traitement du « psoriasis », c’est une crème à appliquer dans les endroits les plus affectés, mais attention aux irritations.
  4. La Diphencyprone (DCP) : une substance chimique utilisée pour les traitements de pelade sévère avec une efficacité permettant la repousse des cheveux à 50 %.
  5. Le Méthotrexate : un immunosuppresseur, administré par voie orale ou par voie intramusculaire pour des cas de pelade sévère et rebelle. Il est recommandé uniquement aux adultes. La Méthotrexate est souvent utilisée en association avec un corticoïde.
  6. Photochimiothérapie ou psoralène plus ultraviolet A (Puvathérapie) : proposé par un dermatologue selon la situation qui constitue un traitement avec des rayons ultraviolets à des doses faibles. Mais ce traitement n’est pas sans risques. Vu que le traitement est pris avec de la Meladinine cela peut causer des nausées et risque d’avoir des récidives de la pelade à l’arrêt du traitement.

Pour plus d’information, cliquez ici : solution de traitement d’une pelade.

Des Remèdes naturels

Certaines personnes recommandent d’appliquer du jus d’oignon ou d’ail, du thé vert refroidi, de l’huile d’amande, de l’huile de romarin ou du lait de coco sur le cuir chevelu. Certaines personnes optent pour l’acupuncture ou l’aromathérapie. Même s’il en existe peu de preuves pour soutenir ces traitements, ils ne causent en aucun cas de dommage dans son application.

Tout comme les traitements conventionnels de la pelade sont limités, les études qui soutiennent les traitements naturels sont encore plus rares. Mais si vous en découvrez les symptômes, il faut rapidement voir votre médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page