Qu’est-ce que la rhinoplastie de préservation ?

La rhinoplastie a rendu possible la correction de la structure du nez. Les nombreuses révolutions opérées dans cette branche de la médecine esthétique ont permis de proposer aux patients des techniques plus pointues, plus efficaces qui offrent un rendu réellement naturel. Aujourd’hui, la tendance est à l’adoption de la rhinoplastie de préservation pour profiter d’un résultat le plus naturel possible. En quoi consiste-t-elle ? Quelle est la différence entre la rhinoplastie de préservation et l’intervention classique sur le nez ? Comment se déroule l’opération ?

En quoi consiste la rhinoplastie de préservation ?

La chirurgie esthétique a beaucoup évolué ces dernières années. Elle rend possible la restructuration de la partie du corps que l’on désire modifiée, afin de lui donner une forme qui nous convient et qui nous met plus à l’aise. La rhinoplastie est la branche qui s’occupe des modifications sur le nez. Elle se sert de différentes techniques, dont celle dite de préservation.

On se demande logiquement ce qu’est la rhinoplastie de préservation, et ce qu’elle apporte de nouveau pour combler les attentes élevées des patients. Sommairement, la rhinoplastie de préservation peut être définie comme une opération chirurgicale esthétique qui a pour objectif d’opérer un changement sur la structure du nez sans modifier son apparence originelle. Le but de cette intervention est de rendre le nez plus harmonieux tout en gardant au maximum la structure existante.

Cette technique moderne ne déforme pas l’aspect externe du nez. Aussi appelée rhinoplastie préservative, rhinoplastie de conservation ou conservative, cette intervention réalisée par un chirurgien permet de soulager les patients qui sont complexés par une anomalie du nez. Elle permet notamment de :

  • supprimer une bosse nasale de taille modérée,
  • redresser une pointe tombante, trop large ou bulbeuse,
  • corriger la déviation sur le dos du nez.

La rhinoplastie conservative peut être réalisée sur les patients qui ont au moins 16 ou 18 ans. Plus le visage sur lequel on souhaite travailler est jeune, plus le rendu post-opération sera harmonieux et plus naturel. Cette technique chirurgicale récente ne laisse pas de traces visibles, car les cicatrices sont cachées à l’intérieur du nez.

rhinoplastie de préservation

De nombreuses personnes se demandent qu’est-ce que la rhinoplastie de préservation ?

En quoi la rhinoplastie de préservation diffère-t-elle de la rhinoplastie classique ?

La rhinoplastie est une technique récente qui gagne en popularité, et la méthode classique de remodelage du nez reste la méthode la plus répandue et la plus appliquée dans le monde. Même si la rhinoplastie classique et la rhinoplastie de prévention sont toutes deux des interventions qui ont pour objectif d’embellir et d’harmoniser l’aspect du nez avec l’ensemble du visage, il existe des différences majeures entre elles.

La rhinoplastie conservative s’oppose à la rhinoplastie structurelle classique au niveau du principe. La philosophie de la technique préservative vise à limiter au maximum la modification de la structure du nez existant, tout en remodelant l’apparence. Autrement dit, avec la rhinoplastie de conservation, vous avez la possibilité de retoucher le nez sans avoir à tout détruire. À l’opposé de cette philosophie, la rhinoplastie classique s’appuie sur une déconstruction et une reconstruction plus large de la structure du nez. Chaque structure nasale est retouchée au moyen de greffes de cartilage multiples.

De plus, la rhinoplastie classique se réalise par voie ouverte avec une cicatrice sous le nez alors que la technique conservatrice se fait par voie fermée.

Comment se déroule cette opération de chirurgie esthétique ?

À l’instar de toutes les interventions chirurgicales, la rhinoplastie de préservation se déroule en plusieurs étapes. Les gestes opératoires à faire ne sont pas les mêmes d’un patient à un autre. Le type de modifications à apporter définit les gestes que le chirurgien réalisera.

Les étapes préparatoires d’une rhinoplastie de conservation

Une première consultation est indispensable. Elle permet au praticien de se renseigner sur les antécédents médicaux et les traitements médicamenteux que le patient suit.

C’est lors de cette consultation que le spécialiste analyse votre nez afin de constater sa structure et celle du visage. Il prend ensuite des photos de votre nez et vous pose des questions sur les raisons qui motivent votre choix et les résultats que vous attendez. L’expert en rhinoplastie vous fait également des recommandations nécessaires, et vous indique les zones sur lesquelles il interviendra.

Après avoir pris connaissance de ce qui vous déplaît sur votre nez et que vous aimeriez corriger, le professionnel en chirurgie esthétique peut réaliser une simulation du résultat avec des photos, grâce à un logiciel spécialisé. Cette simulation vous donne un aperçu des gestes chirurgicaux nécessaires et du rendu après l’opération. La simulation en 3D est très réaliste et donne des détails précis.

Lorsque le projet est complètement défini et que tous les éléments sont réunis, l’opération peut être programmée selon votre emploi du temps et les recommandations du chirurgien en rhinoplastie.

Le déroulement de la rhinoplastie de préservation

Pour éviter des douleurs intenses au patient et permettre au praticien de réaliser des gestes précis, l’opération de rhinoplastie se déroule sous anesthésie générale. Le chirurgien marque les parties à toucher au moyen d’un feutre stérile afin de définir les repères chirurgicaux nécessaires au bon déroulement de l’intervention. La rhinoplastie, selon les cas, implique plusieurs méthodes.

Pour un patient qui souhaite corriger une bosse nasale, deux techniques peuvent être appliquées. Il s’agit du « let down » et du « push down ». La technique du « let down » est appliquée si la longueur de la bosse nasale dépasse 3 mm. Elle consiste à réaliser des incisions dans les tissus du septum nasal supérieur et au niveau des parois nasales latérales. Le praticien réduit et abaisse la bosse par une pression douce réalisée au moyen de la main. Dans le cas d’une bosse qui possède une longueur inférieure à 3 mm, le chirurgien doit adopter la technique du « push down ».

Elle consiste à reculer le nez en bloc sans avoir à effectuer des coupes dans la bosse, la résection d’une baguette de cartilage au niveau du septum. Cela est rendu possible grâce à la réalisation préalable de plusieurs ostéotomies. Celles-ci consistent à séparer le dorsum de ses attaches, que sont le nasion au niveau de la racine nasale, et les parois nasales latérales de l’os maxillaire. À la suite de ces gestes, le chirurgien a plus de facilité à remodeler le nez pour remettre la bosse à un niveau normal. Il recule le nez en douceur grâce à des gestes bien maîtrisés.

L’opération se termine par la pose de bandages spécifiques qui facilitent la consolidation des modifications apportées.

Le « push down » ou le « let down » n’admettent pas une coupure de la bosse, mais s’appuient sur des coupures modérées à divers endroits dus septum et des parois nasales latérales. La structure du nez est donc préservée, ce qui permet d’obtenir un résultat plus naturel.

visite avant une rhinoplastie de préservation

Combien peut coûter une rhinoplastie de préservation ?

Le budget qu’il est nécessaire de prévoir pour une opération de rhinoplastie de préservation n’est généralement pas plus élevé que celui d’un remodelage classique du nez. Prévoyez un budget qui varie entre 5 000 et 7 000 euros. Cela comprend les frais de consultation préliminaire, le coût de l’anesthésie et les soins postopératoires. Pour connaître le prix exact de votre opération, vous devrez demander un devis sur mesure à un spécialiste. Il prendra alors en compte de nombreux paramètres comme le type de remodelage à faire, la durée de l’intervention, votre profil clinique et d’autres facteurs, pour vous faire une offre personnalisée.

Pour donner les meilleures chances à votre opération de réussir, évitez le tabac 30 jours avant l’opération. Vous devrez également arrêter la prise de certains médicaments comme l’aspirine et les anticoagulants 2 semaines avant l’intervention chirurgicale pour éviter les hémorragies importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page