Transport des personnes à mobilité réduite

Une personne à mobilité réduite dans un fauteuil roulant

Aller travailler, se déplacer en ville, faire des courses, se rendre chez le médecin… Des activités quotidiennes qui demandent de se déplacer peuvent être difficiles pour les personnes à mobilité réduite.

Cela a pour conséquence une réduction de l’indépendance, de la liberté et de l’autonomie. Heureusement pour palier à cela, de nombreux services de transports publics et privés adaptés se sont mis en place pour permettre aux personnes à mobilité réduite une plus grande autonomie.

Qui sont les personnes à mobilité réduite ?

Les personnes à mobilité réduite (PMR) ne sont pas seulement des personnes qui utilisent un fauteuil roulant. Vous trouverez ci-dessous une liste des personnes considérée comme PMR :

  • Une personne qui se déplace en fauteuil roulant
  • Une personne âgée qui a des difficultés à se déplacer de manière autonome
  • Une personne intellectuellement handicapée
  • Une personne qui se déplace avec des béquilles ou un plâtre
  • Une personne qui pour des raisons physiques a du mal à accéder normalement à son véhicule et à accéder à un siège classique.
  • Une personne qui souffre de maladies respiratoires ou cardiaques et qui l’empêche de se déplacer facilement
  • Une personne avec des limitations ; visuelles, auditives ou de la parole

Plus généralement, une personne à mobilité réduite souffre temporairement ou en permanence d’une incapacité d’utiliser son véhicule ou les transports publics dans les mêmes conditions que n’importe quel autre citoyen.

Utilisation d’un transport privé

un taxi conventionné

SI vous ne pouvez pas utiliser les transports publics de votre ville, il faudra donc utiliser un mode de transport spécifique.  Ils sont généralement d’ordre privé, mais il existe aussi cependant quelques services gérés par des institutions publiques. Il existe même des associations de personnes handicapées qui proposent des services de porte-à-porte pour couvrir les besoins en transports adaptés.

Un service de transport privé pour le déplacement d’une personne à mobilité réduite peut être un taxi, un minibus ou véhicule sanitaire léger. Certains peuvent être utilisés individuellement et d’autres peuvent être utilisés par plusieurs personnes.

Un moyen de transport privé peut-il être pris en charge par la sécurité sociale ?

Sous certaines conditions comme : accident professionnel, hospitalisation, incapacité … Vos frais de transport seront pris en charge par l’assurance maladie.

Si vous ne pouvez pas utiliser votre voiture ou un transport en commun, un véhicule sanitaire ou un taxi conventionné sera remboursé par la sécurité sociale. C’est en général un médecin qui devra vous fournir une prescription médicale de transport= transport assis professionnalisé.

Une fois cette prescription en main, il faudra donc vous tourner vers une entreprise conventionnée pour que l’avance des frais et/ou le remboursement soient effectués.

Qu’en est-il de l’accessibilité dans les transports publics

L’ensemble des véhicules et infrastructures doivent avoir des équipements qui permettent aux personnes à mobilité réduite de voyager dans les mêmes conditions de confort et de sécurité que les autres passagers.

Une ville doit avoir des moyens de transport comme : des bus, un métro, des trains, des trams… adaptés aux personnes à mobilités réduites. Cela ne s’arrête pas qu’aux « véhicules », les infrastructures (stations, arrêts…) doivent aussi avoir des aménagements spéciaux pour qu’ils puissent être utilisés par les personnes à mobilité réduite.

Ces aménagements doivent permettre de rendre utilisables les lieux aux personnes en fauteuils roulants, mais aussi à toutes les autres personnes à mobilités réduites.

Que ce soit les moyens de transport ou les infrastructures, elles sont soumises à un certain nombre de règles en matière de sécurité comme :

  • Un ancrage normalisé au châssis du véhicule pour accueillir les fauteuils roulants.
  • Des places spéciales doivent être réservées aux personnes à mobilité réduite.
  • Dans certains cas, les véhicules TPMR doivent avoir des plates-formes élévatrices ou de rampes d’accès.
  • Ancrages au châssis du véhicule pour accueillir les fauteuils roulants.
  • Des informations claires et compréhensibles sur l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Leave a Reply