Qu’est-ce que l’anisocorie ?

En règle générale, chez un individu lambda, la taille de la pupille est la même dans chaque œil. Les yeux peuvent se dilater ou se resserrer, mais chaque œil effectue cela de façon coordonnée avec l’autre.

Le terme anisocorie signifie que les pupilles sont de tailles différentes en même temps. Une des deux pupilles est à l’origine de ce déséquilibre, elle est en myosis ou soit en mydriase.  La présence d’une anisocorie chez un patient peut être le signe d’une maladie sous-jacente ou simplement être d’ordre physiologique.

C’est quoi l’iris et la pupille ?

La partie colorée de l’œil s’appelle l’iris et la pupille est la zone noire située au centre de l’iris. L’iris, une sorte de muscle circulaire contrôle la pupille pour laisser entrer la bonne quantité de lumière dans l’œil. Dans une pièce lumineuse ou à l’extérieur, la pupille se contracte généralement, à l’inverse, dans une pièce sombre, la pupille se dilate généralement pour permettre à plus de lumière de pénétrer dans l’œil.

un schéma qui montre ou se trouve la pupille ainsi que l'iris

Quels sont les symptômes de l’anisocorie ?

Le fait d’être atteint d’anisocorie c’est-à-dire des pupilles de taille différente ne provoque généralement aucun symptôme.  Ce n’est quand dans de très rares cas un motif d’inquiétude pour un médecin.

Cependant, l’anisocorie peut être le signe avant-coureur d’un problème sous-jacent plus grave. En particulier si elle se manifeste en même temps que d’autres symptômes, comme :

  •  Une douleur oculaire
  • Un mal de tête intense
  • Une paupière supérieure tombante
  • Perte de la vision
  • Des problèmes de vision (comme la double vision)

SI vous pensez être dans ce cas là avec ces symptômes, il faut en informer immédiatement votre médecin.

Quelles sont les causes de l’anisocorie ?

les yeux d'un enfant

Pour correctement répondre à cette question, il faut distinguer l’anisocorie en « deux catégories ». L’anisocorie dite physiologique et l’anisocorie qui résulte d’un problème médical sous-jacent.

L’anisocorie physiologique

Lorsque l’anisocorie n’est pas la cause d’une pathologique sous-jacent on parle donc d’anisocorie physiologique. Selon les derniers chiffres, environ 20% de la population française serait touché par l’anisocorie physiologique.

Dans ce cas-là, généralement la différence de taille de la pupille entre les deux yeux n’est pas significative, elle ne dépasse pas un millimètre. Cette différence de taille de la pupille n’est pas amenée à changer même sous un éclairage plus fort ou plus faible.

L’anisocorie liée à un problème médical sous-jacent

Pour savoir si une anisocorie est liée à une pathologie sous-jacente, le médecin ophtalmologiste va devoir s’intéresser aux caractéristiques suivantes

  • Qu’elle est le moment où l’anisocorie a été constatée pour la première fois ?
  • Un évènement antérieur est-il lié à cette apparition d’anisocorie ?
  • Est-elle plus visible sous un éclairage brillant ou faible ?
  • Vérifier si vos yeux font bien la mise au point.
  • Examen de l’intérieur de l’œil.

Il est même possible qu’il vous demande d’emmener de vieilles photos pour savoir depuis combien de temps tes pupilles sont inégales.

Ce sont autant d’indices qui pourront le mener à la recherche de la cause de cette différence de taille entre vos pupilles.  

Pour éliminer une cause grave d’anisocorie, votre médecin pourra faire un examen ophtalmologiste plus complet, vérifier comment vos yeux réagissent aux gouttes oculaires et même demander une IRM.

Votre traitement dépendra du problème médical qui est à l’origine de l’anisocorie. Le suivi des soins qui résultera de la définition du problème sous-jacent est essentiel pour votre bonne santé.

Votre médecin va chercher activement si votre anisocorie est due à une augmentation de la taille d’une vos pupilles (mydriase unilatérale) ou au rétrécissement d’un des deux pupilles (myosis unilatéral).

Qu’elles sont les causes d’une pupille anormalement grande (mydriase ou dilatée)

Le médecin peut constater cela à l’aide d’une lumière vive.  Si la différence de taille entre les pupilles augmente alors la plus grande (mydriatique) des pupilles peut être anormale, car elle ne se contracte pas normalement.

Une mydriase, c’est-à-dire une pupille dilatée peut être la suite logique d’un traumatisme oculaire ou le tissu de l’iris a pu être endommagé. Une autre possibilité est que ce soit en raison du syndrome de la pupille tonique de l’Adie qui est une affection très courante chez les jeunes femmes adultes.

Cette anisocorie due à une mydriase unilatérale peut être aussi causée par certains médicaments, des sprays nasaux ou des gouttes oculaires.

Pour finir, cela peut être dû à une anomalie du troisième nerf crânien que l’on observe souvent en parallèle avec une ptose(affaissement) de la paupière supérieure du même côté que la dilatation de la pupille. L’enfant peut également se plaindre d’une double vision. C’est généralement dans ce dernier cas que le médecin peut demander un examen complet et une imagerie du cerveau.

Qu’elles sont les causes d’une pupille anormalement petite (myosis) ?

Une pupille anormalement petite (myosis) peut être causée par une inflammation de l’œil. Sinon, le myosis peut résulter du syndrome de Homer qui produit également une petite pupille dans l’œil affecté.

C’est quoi le syndrome de Homer ?

Le syndrome de Horner peut être causé par toute interruption d’une série de fibres nerveuses qui partent de la partie du cerveau appelée hypothalamus et vont jusqu’au visage. Les lésions des fibres du nerf sympathique peuvent résulter de :

  • Lésion de l’une des principales artères menant au cerveau (carotide)
  • Lésion des nerfs du cou appelée plexus brachial
  • Migraine ou maux de tête à répétition
  • Accident vasculaire cérébral, tumeur ou autre dommage cérébral
  • Tumeur dans le poumon supérieur

Le syndrome de Horner peut être divisé en deux catégories : les cas congénitaux (dès la naissance) et les cas acquis pendant l’enfance. Lorsque le syndrome de Horner est diagnostiqué chez un enfant, le médecin ordonnera des examens supplémentaires.

Votre traitement dépendra du problème médical qui est à l’origine de l’anisocorie. Le suivi des soins qui résultera de la définition du problème sous-jacent est essentiel pour votre bonne santé.

Leave a Reply